Allongement du congé pour le deuil d'un enfant : du rejet du texte à son futur \"enrichissement\

Réaliser le

Allongement du congé pour le deuil d'un enfant : du rejet du texte à son futur \"enrichissement\ . video : Allongement du congé pour le deuil d'un enfant : du rejet du texte à son futur \"enrichissement\ date 2020-07-03T14:46:15+00:00

Même le Medef les a désavoués. Jeudi 30 janvier, les députés de La République en marche ont refusé une proposition de loi du député centriste Guy Bricout instaurant un "congé de deuil de 12 jours en cas de décès d'un enfant mineur ou à charge". Face au tollé général, le président Emmanuel Macron a semoncé ses troupes, demandant au gouvernement "de faire preuve d'humanité" vis-à-vis des parents endeuillés. Depuis, la majorité rivalise d'idées pour témoigner de son soutien aux personnes touchées par un tel drame. Retour sur un cafouillage.

1Mercredi 22 janvier : la proposition de loi est modifiée en commission

Déposée par le député centriste Guy Bricout, la proposition de loi est examinée en commission mercredi 22 janvier. Le texte ne contient au départ qu'un seul article : "Instauration d'un congé de deuil de douze jours en cas de décès d'un enfant mineur ou à charge". Soutenue aussi bien par Les Républicains que par La France Insoumise, la proposition est adoptée le même jour par la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale.

"Mais une fois le texte adopté, Guy Bricourt se rend compte qu'il a été modifié au préalable par deux amendements venant respectivement d'une députée MoDem [Michèle de Vaucouleurs] et d'une députée de La République en marche [Sereine Mauborgne] : le premier autorise le salarié ou la salariée à prendre des (...)

A lire aussi

Compteur online